mercredi 19 juin 2019

Le col du Morgonnet par le col de Pontis

A l'approche du col du Morgonnet, sous le Pic du Morgon
 Situé sous le Pic du Morgon, au-dessus du lac de Serre-Ponçon, entre le versant de la Durance et le versant de l'Ubaye, voilà un col qui me nargue depuis bien longtemps ! Eh bien, aujourd'hui, je m'y attaque sous un soleil radieux, et comme je m'y attendais je ne fus pas déçu ! Situé au-dessus de Savines-le-Lac après le village et le col de Pontis (1303 m), déjà bien raide, (col que j'ai déjà franchi à plusieurs reprises), on atteint le col du Morgonnet (1607 m) par un chemin muletier et très pentu nous offrant de magnifiques vues sur le versant Ubaye du lac de Serre-Ponçon.
 Compte-tenu de la pente et du chemin caillouteux, je dois souvent mettre le pied à terre! L'arrivée en haut de ce col au pied du Pic du Morgon dans une belle clairière de mélèzes est une vraie récompense, méritée après cette ascension bien difficile.
La descente toute aussi raide est périlleuse sur les cailloux, puis je repasse au col de Pontis avant de poursuivre la descente vers Savines-le-Lac.
(28  km et 867 m de dénivelé)
Tracé de la randonnée (28 km et 867 m de dénivelé)
Le lac de Serre-Ponçon, peu après Savines-le-Lac
Le Pic du Morgon (2324 m)
Hameau des Sartres, en dessous de Pontis
Au fond, les Aiguilles de Chabrières 2403 m) et le Mont-Guillaume (2542 m)
entourent le Mourre-Froid (2993 m)
Le petit village de Pontis
"Les sourires donnés nous reviennent toujours"
Le wagonnet des Espagnols
 De 1939 à 1940, des réfugiés espagnols ont séjourné et travaillé à Pontis. Nombre d'entre eux étaient des soldats réguliers ou des miliciens Républicains qui voulaient échapper à la répression franquiste.  Ayant fuit l'Espagne, ils se retrouvent parqués dans des camps, séparés de leur famille.  Ils furent ensuite affectés comme travailleurs auxiliaires de l'armée française dans des "Compagnies de Travailleurs" et servirent de main d'oeuvre pour des "travaux d'intérêt général", essentiellement à la construction de routes militaires, comme celle dite "route des Espagnols".  Nous en retrouvons en Tarentaise, dans le Briançonnais et la Vallée de l'Ubaye.
 A Pontis, un camp fut installé, la 93ème "compagnie de travailleurs étrangers" (CTE).Les Espagnols, sous la surveillance des Ponts et Chaussés des Basses-Alpes, poussaient des wagonnets chargés de pierres à travers la commune, des Esprayas à Orbanne. Là, leur chargement étaient concassés puis repartait pour empierrer la "route des Espagnols".  Pour témoigner de ces faits, il ne reste plus aujourd'hui que la citerne d'eau qui alimentait le camp et de gros blocs de pierres dans les champs.

La baie de Chanteloube et le pont de chemin de fer immergé
Le village de Pontis et ses hameaux
Peu avant la bifurcation vers le col du Morgonnet
Le chemin muletier menant au col du Morgonnet
Lac de Serre-Ponçon, versant Ubaye
Hameau des Hugues
Encore quelques hectomètres !
Waouh, j'y suis !
Arrivée au col du Morgonnet
J'entamme la descente.
Col de Pontis (1303 m)
Retour côté Durance

Sur les liens ci-dessous :




Le profil altimétrique : 867 m de dénivelé  pour 14 km d'ascension 
Eh oui, il me tentait depuis longtemps !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire